personne sur une coline en irlande

Woofing à Ballydehob en Irlande

Témoignage de woofing en Irlande

woofers en voyage

Moi, c’est Morgane, 21 ans et je suis partie faire du woofing en Irlande. Avant de partir faire du volontariat en Irlande, j’ai réalisé un BTS Assistant de Manager. Je suis une personne ouverte d’esprit et très curieuse de découvrir des voyages. Je voulais partir seule car j’avais vraiment envie de progresser en anglais car mon niveau était trop faible et je savais que ça allait être très compliqué pour la suite de mes études. De plus, je savais que le woofing pouvait être une expérience très enrichissante sur le plan humain. Je suis partie en tant que woofeuse pendant 2 mois en 2018 dans un village irlandais, nommé Ballydehob, sur la côte est de West Cork..

Ma destination et mon expérience de woofing

Je connaissais le Woofing / Helpx avant de partir car un ami qui a fait du helpx en Nouvelle-Zélande m’en avais parlé. Il m’avait expliqué que l’ecovolontariat était une expérience incroyable. Je me suis donc inscrite sur les groupes Facebook de volontariat à l’étranger comme Helpx/ Woofing/ Workaway. 

J’ai trouvé mon expérience par le site Helpx. Je trouve que c’est un bon site de woofing car il n’y a pas uniquement que des offres dans des fermes organiques, mais il y a des offres beaucoup plus diversifiées. Une fois arrivée sur mon lieu de woofing, j’ai décidé de ne pas prendre d’assurance mais je ne le recommande pas. Dans une expérience woofing, une assurance est indispensable au cas où vous vous blessez.

Volontaire Helpx à West Cork

Je suis donc partie en tant que woofeuse en Irlande. Je voulais rester en Europe pour un premier woofing car c’était la première fois que j’allais voyager seule à l’étranger. Je ne voulais pas partir trop loin de la France. Comme premier ecovolontariat, j’ai choisi une expérience à Ballydehob (West Cork) d’avril à mai 2018. 

J’ai choisi l’Irlande car la culture irlandaise (celte) m’intéressait, les paysages avaient l’air magnifiques et j’avais entendu dire que les irlandais étaient très gentils et accueillants avec les étrangers. Pour le choix de mon helpx, j’ai regardé toutes les offres de volontariats en Irlande, ensuite j’ai fais une description de moi en anglais en expliquant mes passions et les raisons qui m’ont poussés à vouloir faire du woofing. 

Ensuite, j’ai parlé à différents hôtes qui avaient l’air accueillants. J’ai regardé les avis qu’ils avaient eu par les autres woofers sur le site helpx.com. Puis, j’ai choisi un hôte en fonction de la multitude de bons commentaires qu’il y avait sur l’annonce du wwofing.

Mon expérience de jardinage en woofing

Pendant mon expérience de woofing, je vivais chez mon hôte. C’était un homme de 50 ans d’origine anglaise, il vivait seul dans une maison qu’il rénovait grâce à des woofers. Pendant mon ecovolontariat, j’ai passé 2 semaines avec une woofeuse allemande, avec qui je me suis très bien entendu, nous sommes rapidement devenues amis. Mon hôte de woofing et la woofeuse étaient tous les deux végétariens. Puis après 1 mois de woofing, une polonaise est arrivée dans ce volontariat pour m’aider dans mes tâches. 

Pendant les journées, nous réalisions des tâches manuels. Je m’occupais du jardin en général, je bâchais la terre pour planter de nombreux légumes comme des brocolis, des oignons, des tomates. Je désherbais aussi les mauvaises herbes pour entretenir le jardin. Je ramassais du bois, je tondais la pelouse. Lorsqu’il faisait pas beau, je nettoyais la maison. Nous préparions à manger et passions le balai dans la maison. Nous avons aussi partagé les activités du village de Ballydehob notamment lors du festival de jazz de l’année.

Le woofing n’était pas difficile, c’était plutôt facile. Pour les horaires de travail, nous travaillions généralement de 10h à 12h et de 13h30 à 16h30 et pas du tout le week-end et jours fériés. Notre hôte était cool et sympa et ses amis irlandais étaient incroyablement gentils. 

Parfois, quand le temps était très mauvais, quand il pleuvait des cordes, notre hôte nous disait de ne pas travailler. Parfois, nous travaillons pour ses voisins irlandais où nous enlevions les mauvaises herbes dans leur serre et dans leur potager. Nous réalisions donc des tâches d’écovolontariat assez variables.

Mon avis sur le Helpx

Grâce au helpx, j’ai grandi et mûri pendant cette expérience. Je me suis rendue compte des valeurs du woofing, le partage, la connaissance d’une autre culture et la nourriture locale. Je pensais que le woofing allait m’apprendre uniquement l’anglais car je suis partie en me disant « tu vas uniquement progresser en anglais » mais j’ai appris un nouveau mode de vie. 

Le woofing permet de comprendre l’importance de prendre soin de l’environnement, de la planète, de devenir écoresponsable avec le monde qui nous entoure.

Grâce aux produits frais, locaux et de qualité, je mange des légumes et du bio au quotidien. Alors qu’avant de partir en woofing en Irlande, je n’étais pas du tout écoresponsable et je ne faisais pas attention à avoir une alimentation saine. 

Suite à l’Irlande, j’ai découvert des recettes végétariennes délicieuses, les biens-faits pour le corps, la musique irlandaise dans les pubs, la bonne ambiance et la joie de vivre des irlandais, la pratique du yoga et de la méditation et le fait de vivre simplement et sainement. Dans cette expérience de volontaire, j’ai remarqué que les liens que j’ai fais avec mes rencontres donc mon hôte irlandais et les autres woofers étaient beaucoup plus forts que si je serais parti avec une personne de mon entourage.

J’ai adoré découvrir un nouveau mode de vie, celui du woofing. Il a de nombreux avantages comme expliqué précedemment. Pour ma part, j’ai créé un lien spécial avec mon hôte, il était comme mon oncle pendant ces 2 mois, on a créer notre famille de woofing. Nous nous sommes très bien entendus entre woofer et hôte. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :