rues en france

Woofing à Die en France

Témoignage de woofing en France

woofer

Je suis Emma, je suis belge et j’ai 25 ans ! Je me définirai comme une personne curieuse et solitaire. Avant de partir en woofing, j’ai fais des études supérieures en anthropologie. Après mon expérience de woofing au Royaume-Unis (à retrouver ici : https://woofinghelpxaletranger.com/2020/01/29/experience-demma/). J’ai décidé de repartir mais cette fois-ci, ce n’était pas dans un pays étranger mais en France. Je suis partie 3 semaines (avec une coupure d’une semaine en Belgique après 2 semaines).

Ma destination et mon expérience de woofing

J’ai décidé de tenter l’expérience de woofing à Die en France car j’ai été attirée par l’annonce et « la tête de mon l’hôte » et j’avais vraiment envie de retourner à Die car c’est une ville que j’aime. Mes tâches quotidiennes lors de mon éco-volontariat étaient la cueillette des petits fruits, la confection de confitures, je m’occupais du potager, j’ai aussi réalisé de l’insecticide naturel. Mes horaires de travail lors du woofing étaient 4h par jour, mais nous pouvions choisir nos horaires comme on le souhaitait. On était assez libres pendant ce woofing. J’ai adoré rencontrer des gens chouettes et ouverts d’esprit venants de différents pays du monde et de toutes nationalités. J’ai préféré choisir le Woofing plutôt qu’un job car je voulais avoir un peu de « vacances » donc c’était idéal pour les horaires. Le Woofing est très enrichissant et comme nous ne sommes pas employés, nous avons un meilleur rapport avec notre hôte. J’ai vraiment adoré faire des rencontres, découvrir la vie locale et la découverte de mode de vie alternatif.

 

 

Il faut bien faire attention aux hôtes. Certains sont malhonnêtes et peuvent vous faire travailler trop ou peuvent ne pas donner assez à manger. Donc n’hésitez pas à partir si le « deal » de départ n’est pas respecté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :